Non à la sélection cache-misère de l’enseignement supérieur !

mardi 5 décembre 2017

L’été dernier, le cas de dizaines de milliers de bachelier-e-s qui se sont retrouvés sans affectation dans le supérieur a fait l’actualité. Trois universités supplémentaires en France permettraient de fournir aux lauréat-e-s du bac les conditions d’études et de réussite personnelle auxquelles ils ont droit, ils étaient 200 000 de plus depuis quelques années et seront entre 40 000 et 50 000 de plus l’an prochain.
Dans ce contexte, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation se sert du fiasco que représente l’expérience APB (Admission Post-bac) pour faire la promotion de la sélection ouverte à la place de l’injustice du tirage au sort, et pour mieux enterrer la critique nécessaire du sous-investissement chronique dont l’Université fait les frais depuis plus de 20 ans.

« C’est l’effectif qui excède »

Dans son projet de loi de la fin octobre, la ministre a clairement établi sa vision du problème en sacralisant l’état des capacités d’accueil. Selon elle, c’est en taillant dans les effectifs par la sélection que tout peut rentrer dans l’ordre, « dès lors que l’effectif des candidatures excède les capacités d’accueil d’une formation, les inscriptions sont prononcées par le président ou directeur de l’établissement dans la limite des capacités d’accueil… », le tout emballé dans un bla-bla pédago-branché à base de « cohérence entre le projet de formation, les acquis et les compétences et les caractéristiques de la formation(…) »

Faire porter aux étudiant-e-s la responsabilité de l’échec

A l’époque où l’expertise de la Cour des comptes est omniprésente dans les choix budgétaires, et où la répartition des moyens relève plus de la chasse technocratique au « gaspillage » que de la planification générationnelle, il est de bonne guerre pour le gouvernement de réduire à volonté les budgets des Universités pour désajuster dans chaque filière le nombre de places et le nombre d’inscriptions. On va faire oublier la sélection par l’échec et le manque de moyens par la sélection officielle, qui ne sera pas moins sociale pour autant.

Fin du bac et professeurs orienteurs ?

La reconnaissance du bac comme premier diplôme pour les études supérieures est clairement remise en question. Mettre en place des pré-requis et individualiser les parcours, c’est renoncer au caractère général des filières du secondaire, c’est se démettre de toute responsabilité sociale et laisser agir les mécanismes de reproduction des inégalités dans le système éducatif.
On va charger les enseignant-e-s du secondaire d’une partie de ce travail de sélection, en émettant un avis sur chaque voeu des élèves de terminale. A l’encontre de toute espérance d’avenir reposant sur la confiance et le désir d’émancipation, les professeur-e-s vont peut-être voir les conseils de classe se transformer en conseils d’orientation à rallonge.
Pendant que le sort des Conseiller-e-s d’orientation n’a de cesse d’être menacé, les enseignant-e-s seront sensés prescrire des choix aux élèves dans l’absence évidente d’une connaissance des milliers de formation post-bac. Sans parler de la surcharge de travail que cela représente, on imagine bien le risque de détérioration de la relation pédagogique et les pressions exercées par l’environnement proche de l’établissement. Les dérives clientélistes ne peuvent que s’en trouver renforcées, ainsi que les cas de harcèlement.

Pour Sud   éducation, l’urgence est de garantir le droit à l’éducation et aux études supérieures et d’assurer les conditions d’une formation émancipatrice pour tous et toutes.
Couper l’accès à la réussite aux jeunes issus de milieux modestes, c’est se transformer en pourvoyeur de force de travail au moindre coût pour les patrons pendant que Macron s’emploie à déréguler l’ensemble des relations professionnelles pour revenir à la loi du plus fort.
Pour Sud   éducation, il y a non-assistance à jeunesse en danger et seule la construction d’un large mouvement de lutte peut permettre d’enrayer la destruction programmée des idéaux républicains d’égalité des droits et des chances de réussite scolaire et sociale !!!


Agenda

 

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031