Orientation post bac : SUD éducation dénonce une procédure inique

dimanche 23 juillet 2017
par  sudeducation29

La ministre de l’Éducation nationale a raison de qualifier le processus APB (affectations post baccalauréat) « d’énorme gâchis ». 65.000 lycéens sont toujours sans affectation bien que bacheliers depuis le début du mois de juillet ! Ce dysfonctionnement d’un service public à six semaines de la rentrée ne peut susciter qu’incompréhension et colère.

Le processus d’orientation est un travail de fond demandé aux élèves l’année de terminale, avec l’aide de leurs professeurs et des conseillers d’orientation. Ce choix de filière va les engager tout au long de leur vie professionnelle ! Il n’est pas acceptable que pour plusieurs milliers de jeunes, cette orientation soit faite non pas au regard de leurs vœux mais par défaut puisqu’en fonction des places vacantes dans les filières les moins demandées.

Dans certains secteurs comme les études commerciales, la conséquence est une fuite d’élèves vers des écoles supérieures privées donc payantes, qui font leurs choux gras de la pénurie de places dans le service public. Avec des tarifs d’inscription à plus de 5000 euros, il s’agit là d’une sélection sociale dans l’accès aux études supérieures.

Sachant que les enfants nés lors du pic démographique des années 2000 entreront en terminale à partir de cette rentrée, et que le gouvernement vient d’annoncer une première baisse de 180 millions du budget de l’enseignement supérieur pour 2018, on peut d’ors et déjà annoncer que ça sera pire l’année prochaine … et les années qui suivent !

SUD   éducation souhaite bienvenu à nos jeunes bacheliers dans ce monde de la marchandisation des études supérieures !


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois